• Neuilly sa mère !
    Un film de Gabriel Julien-Laferrière d'apès une histoire de Djamel Bensalah.
    Avec Samy Seghir, Rachida Brakni, Farida Khelfa.
    Sortie le 12 août 2009.
    • Comédie familiale
  • Synopsis :

    Sami Benboudaoud, 14 ans, vivait heureux avec ses copains dans sa cité de Chalon-sur-Saône. Un jour, hélas, le destin l'arrache à son paradis, et le propulse dans l'enfer de... Neuilly-sur- Seine !

    Là , il est confié à sa tante Djamila qu'il rencontre pour la première fois. Djamila est une jeune et belle avocate qui a épousé Stanislas de Chazelle, héritier d'une vieille famille française, un peu rigide sur les bonnes manières. Dans leur hôtel particulier de Neuilly (" plus grand que l'hôtel de ville de Châlon ! "), Sami va devoir partager le quotidien de Charles, son cousin du même âge, plein de préjugés et obsédé par son ambition de devenir un jour... Président de la République !

    Une attitude heureusement contrebalancée par celle de sa cousine Caroline, passionaria altermondialiste bientôt majeure, révoltée contre son milieu et surtout contre son père. Au très chic collège privé Saint-Exupéry, Sami se voit confronté à la bande de Guilain, des adolescents des beaux quartiers qui font tout pour ressembler à des rappeurs « gangsta » et méprisent le petit banlieusard de Châlon.

    Pourtant à Neuilly, tout n'est pas si désespéré, car il y a aussi l'Amour qui apparaît à Sami sous les traits délicats de Marie. Pour réussir sa nouvelle vie et séduire Marie, Sami va devoir prouver qu'il n'est pas une racaille de banlieue prête à piller l'hôtel particulier, à rançonner ses nouveaux copains et à brûler des voitures...

Galerie photos
Cliquez sur une image pour l'agrandir
Autour du film

Découvrez en exclusivité les 5 premières minutes du film : cliquez ici !

Neuilly sa mère ! fait l’unanimité, tant auprès de la presse que des spectateurs qui l'ont découvert en avant première :

PRIMA : drôle, mordant et émouvant.

RAP : Un film drôle qui résume avec intelligence toutes les polémiques actuelles sur l'intégration et le racisme.

BUZZ MAGAZINE : Une comédie haut de gamme. Humour décapant (...) Du bon cinoche.

LE MONDE DES ADOS : A voir absolument, de 7 à 77 ans.

QUESTIONS DE FEMMES : une indéfectible bonne humeur.

GEO ADO : Une comédie très réussie. Un film drôle qui plaira à tous.

R&B Stars : La comédie à ne pas manquer.

LE COURRIER DE L'ATLAS : On rit beaucoup, grâce à des lignes de dialogues irrésistibles et à un casting haut en couleurs.

SUPER : Neuilly sa mère ! donne envie d'avoir 14 ans encore.

TV GRANDES CHAINES : une bonne humeur communicative.

TELE LOISIRS : Une jolie surprise !

TELE STAR : On tient la comédie de l'été

TELE POCHE : Une comédie moderne aux dialogues souvent très savoureux, interprétée par des comédiens époustouflants de naturel. La comédie de l'été.

TELE 2 SEMAINES : Une bonne surprise, à la fois drôle et tendre.

LE CANARD ENCHAINE : Un ton léger, un parti pris euphorisant. Une comédie bien troussée, drôle et joliment interprétée.

VOICI : Une brillante satire sociale.
 
LE PARISIEN : Irrésistible ! Bien vu, amusant et audacieux.

France SOIR : Une satire jubilatoire.

LE MONDE : Distrayant.

LA CROIX : Une sympathique comédie. Une fraîcheur générale très agréable.

Retrouvez de nombreux contenus :

- sur le site du film : http://www.neuillysamere-lefilm.com/

- sur le module de relook qui vous permet de vous relooker ou de relooker l'un de vos amis aux couleurs du film en choisissant l'un des deux camps : Neuilly ou Châlon, RDV sur http://www.neuillysamere-lefilm.com/relook/

Eclat de rire général dès les premières minutes. Djamel Bensalah, le producteur, peut respirer. Cinquante jeunes de 6 à 22 ans originaires de Colombes ont assisté il y a quelques jours à une « projection-test » de « Neuilly sa mère », comédie réalisée par Gabriel Laferrière qui sortira cet été sur les écrans français.

L'histoire de Sami Benboudaoud, un gamin des quartiers populaires de Chalon-sur-Saône (71), parachuté du jour au lendemain dans la banlieue dorée… de Neuilly-sur-Seine (lire ci-dessous). Le choc des cultures ! Pour l'occasion, les jeunes spectateurs ont eu le privilège de découvrir le siège de la société Gaumont, boulevard Charles-de-Gaulle à Neuilly, et de descendre au 2 e sous-sol pour une projection privée.
« Vous allez découvrir un film brut », prévient le projectionniste d'emblée. En clair, le montage n'est pas tout à fait terminé, quelques effets spéciaux restent à ajouter. Bref, plusieurs retouches à prévoir… selon les réactions ou l'absence de réactions des cobayes. La bobine commence à tourner et le stimulus est très vite opérant. Cette diffusion en amont doit aussi permettre de calibrer la sortie en salles, de définir un coeur de cible et d'affiner la promotion du film, selon qu'à la même scène les 6-7 ans vont pouffer quand les 12-14 se tordront de rire. Un travail de marketing qui relève davantage de l'aspect industrie du cinéma que du 7 e art à proprement parler mais diablement efficace pour répondre aux attentes du public. Le film a été tourné dans les Hauts-de-Seine en grande partie. Plusieurs spectateurs reconnaissent le bois de Boulogne, le centre aquatique de Neuilly, la cité Pablo-Picasso à Nanterre. Le film joue beaucoup des caricatures. Dans la cité de Chalon, les mères de familles attrapent les dealers par l'oreille. Et lorsque Samy vient chercher un copain, le père beugle : « Jason, y a Al-Qaïda qui te cherche ! » Wassila, 17 ans, chuchote : « C'est abuser, tous ces clichés... mais tellement vrai ! »

« Jeter des ponts »

Les petits s'amusent surtout des scènes d'action... et perdent parfois le fil des nombreuses allusions politiques. Quand Charles, le cousin de Sami, se désespère après sa défaite aux élections de délégué de classe « Je suis un loser, je suis Balladur ! », Ryane glisse à l'oreille de son voisin : « C'est qui Balladur ? » Les plus grands sont plus à mêmes de débusquer les références et de lire entre les scènes au final. A la sortie, Tayeb, 18 ans, souligne : « Jeunes des quartiers, jeunes des beaux quartiers, j'en retiens surtout qu'on n'est pas si différents. On s'impose plutôt une incompréhension… et ce genre de films permet de jeter des ponts. »

Source : leParisien.fr