• Liberté
    Un film de Tony Gatlif.
    Avec Marc Lavoine, Marie-Josée Croze, James Thiérrée.
    Sortie le 24 février 2010.
    Le site du film : Liberté
    • Drame
  • Synopsis :

    Théodore, vétérinaire et maire d'un village situé en zone occupée pendant la seconde guerre mondiale, a recueilli P'tit Claude, neuf ans, dont les parents ont disparu depuis le début de la guerre. Mademoiselle Lundi, l'institutrice fait la connaissance des Tsiganes qui se sont installés à quelques pas de là.
    Ils sont venus pour faire les vendanges dans le pays. Humaniste et républicaine convaincue, elle s'arrange, avec l'aide de Théodore, pour que les enfants Tsiganes soient scolarisés.

    De son côté, P'tit Claude se prend d'amitié pour Taloche, grand gamin bohémien de trente ans qui se promène partout avec son violon sur l'épaule.
    Mais les contrôles d'identité imposés par le régime de Vichy se multiplient et les Tsiganes, peuple nomade, n'ont plus le droit de circuler librement : Théodore cède alors un de ses terrains aux bohémiens, désormais sédentarisés.

    Tandis que les enfants Tsiganes suivent les cours de Mademoiselle Lundi, P'tit Claude est de plus en plus fasciné par le mode de vie des Bohémiens, un univers de liberté où les enfants sont rois. Mais la joie et l'insouciance sont de courte durée : la pression de la police de Vichy et de la Gestapo s'intensifie et le danger menace à chaque instant. Comme ils l'ont
    toujours fait depuis des siècles, les Tsiganes devront reprendre la route...

Galerie photos
Cliquez sur une image pour l'agrandir
Critique presse

 

MONDOMIX - janvier 2010
Tony Gatlif signe son film le plus militant et le plus bouleversant.

L’HUMANITE - 2 sept 2009
Truffé de scènes remarquables, Liberté est peut-être le meilleur film de Tony Gatlif.

La Nouvelle République du Centre-Ouest - 18 octobre 2009
Sensible, émouvant, sincère, dur, le dernier Gatlif est un film rare. Un petit bijou de vérité.

L’HISTOIRE
Un grand souci d’exactitude historique.
Au-delà de la tragédie, Tony Gatlif filme comme personne la vie quotidienne des Roms.

ROLLING STONE
Récit bouleversant, mené par Tony Gatlif avec une générosité communicative et porté par un James Thiérrée en état de grâce. Dès les premières images on est transporté dans l’univers poétique d’un cinéaste qui se penche sur la vie et la cause des Gitans depuis de nombreuses années. La force du propos, comme le traitement excluant le pathos, fait vibrer une œuvre forte, au message universel.

MARIE France
Vision chaleureuse, regard humaniste et sentiments à vif : la formule reste aussi généreuse qu’efficace.

NOTRE TEMPS
C’est un film magnifique, terriblement émouvant et débordant de vie. Les images sont sublimes. LIBERTE est un hymne à la vie.

LE POINT
Gatlif signe avec LIBERTE son oeuvre la plus sobre, la plus tenue, mais pas la moins émouvante.

LE MONDE DES ADOS
Tony Gatlif signe un film émouvant et utile.

LE NOUVEL OBSERVATEUR
Récit maîtrisé, respectueux de ses personnages, reconstitution à la fois discrète et attentive, LIBERTE ne sollicite jamais une émotion qui advient naturellement, en toute dignité.

LE FIGARO MAGAZINE
Avec LIBERTE Tony Gatlif réussit brillament à « ouvrir les cordes du temps » pour évoquer une page d’histoire souvent négligée.

LE JOURNAL DU DIMANCHE
L’holocauste des Roms inspire à Tony Gatlif un film puissant.
… un film vivant, rageur, contournant les clichés et fourmillant de personnages libres…
Forte de son casting réussi, cette belle évocation historique résonne aussi comme un hommage à tous ceux qui, aujourd’hui encore, prennent la route au péril de leur liberté.

MARIANNE
Comme on pleure un chagrin trop longtemps réprimé, Gatlif dit ce que tout le monde sait et pourtant a tu, le sort fait aux Roms par les nazis. Il montre l’âme d’un peuple et la transe d’un homme (James Thiérrée). Son film n’a pas d’orgueil (…) il regorge d’amour, de peine et de colère.

TELE 7 JOURS
Un hymne vibrant à la culture gitane, dont l’acteur James Thiérrée, époustouflant de grâce burlesque, est la magistrale incarnation.

 

LE MONDE
Comment concilier la pesanteur tragique avec l’effervescence poétique de la culture rom ? la réponse de ce film, le meilleur de Tony Gatlif, tient en un mot, qui lui donne à juste raison son titre : la liberté.
Liberté (…) mais aussi bien grand talent, d’insuffler à ce récit une sorte de poignante légèreté.
(…) ce sont mille détails qu’il faudrait relever pour évoquer la manière dont ce film, évitant le cortège du pathos,conquiert l’élégance, drôle et tragique à la fois, de l’émotion.

A NOUS PARIS
Totalement bouleversant.

LA TRIBUNE
Une ode magnifique à l’insoumission.
Refusant toute forme de pathos, Gatlif célèbre la vie.

FIGAROSCPOPE
Tony Gatlif filme avec son cœur, ses tripes, son style incomparable.
Devoir de mémoire et œuvre pédagogique intimement mêlés.

LA CROIX
De magnifiques images, une envoûtante musique.

L’HUMANITE
Le destin de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants nous touche, nous émeut. Et nous révolte aussi. C’est en cela aussi que ce film est utile. Leur liberté, c’est aussi la nôtre.
   
BRAZIL
C’est dans la soif de justice et de reconnaissance que Tony Gatlif excelle.
Tony Gatlif sait mettre du talent, de l’émotion et de l’âme dans ses films. LIBERTE nous donne des ailes. Profitons-en pour nous envoler avec lui, ce beau conteur d’histoire, ce poète inspiré et ce cinéaste précieux.

LIBERATION
Une fois encore, Gatlif, sur le fil d’un déséquilibre esthétique devenu sa marque, joue avec le feu en se lançant dans un grand écart impossible entre deux cinémas qui ne savent pas tenir ensemble. Mais, une fois encore, il passe en force.

LE PARISIEN
Œuvre énergique, puissante et bouleversante.

LE FIGARO
Tony Gatlif honore la mémoire de tous les siens. Le réalisateur fait souffler un vent d’émotion et de dignité.
Un drame bouleversant, avec ce supplément d’âme et de musique qui font la signature du cinéaste, mais porté par un véritable sens de l’épure.

TELERAMA
Le film s'épanouit dans les courses à travers les forêts, ces fuites sur les routes, que Gatlif, cinéaste de la circulation, du roulis, de la migration, filme comme personne. En James Thiérrée, Gatlif a trouvé une incarnation poétique de cette liberté incoercible qu'il continue de défendre de film en film.


Autour du film

ENTRETIEN AVEC TONY GATLIF

 

Comment est née l'idée de LIBERTÉ ?
J'avais envie de faire un film sur l'holocauste des roms depuis que j'ai commencé à faire du cinéma. Mais le sujet me faisait peur. Les Roms que je rencontrais me disaient souvent : "Fais-nous un film sur la déportation des Roms".
Début 2007, participant à un colloque international des Roms à Strasbourg, des jeunes élus roms de la communauté européenne m'ont fait la même demande. Ils me disaient à quel point ils souffraient de ce manque de reconnaissance, de l'ignorance des autres vis-à-vis de leur propre histoire.
Je ne voyais pas comment faire ce film, moi qui suis un cinéaste qui aime la liberté de la caméra, comment respecter les règles d'une stricte reconstitution. Et je reculais de peur de mal faire en réalité.
Et puis un jour, j'apprends que Jacques Chirac va rendre hommage aux Justes en les réunissant au Panthéon. Je me suis dit : on va enfin savoir si certains Justes ont sauvé des Tsiganes. Malheureusement ils n'étaient pas présents. Je me suis mis à les chercher.
J'ai fini par trouver une anecdote de quelques lignes : "Le destin d'un dénommé Tolloche fut particulièrement tragique. Interné à Montreuil- Bellay, il réussit à se faire libérer après avoir acheté, par l'intermédiaire d'un notaire, une petite maison à quelques kilomètres de la ville. Incapable de vivre entre quatre murs, il reprit la route pour retourner dans son pays d'origine, la Belgique. Il fut arrêté dans le Nord et disparut en Pologne avec ses compagnons d'infortune".
C'est le destin de ce Tolloche qui a pris tous les risques pour sauvegarder sa liberté qui m'a décidé à faire ce film. Et puis il y a ce Juste, un notaire, qui lui aussi a pris tous les risques pour tenter de le sauver...

Vous êtes-vous posé la question de faire un documentaire ?
Bien sûr, mais je ne disposais pas d'assez d'éléments pour faire un documentaire. Les gens sont morts. Il y a très peu d'archives. On ne connaît pas de Juste vivant ayant sauvé des roms. Or ce dernier aspect est pour moi fondamental : comprendre pourquoi un homme ou une femme décide un jour de sauver des bohémiens. Cette leçon d'humanité, je voulais en faire un film. Je ne veux condamner personne, pas même les gendarmes français qui ont participé aux rafles. Je veux juste montrer, sans exagération, sans humilier quiconque. L'histoire parle suffisamment d'elle-même. Et pour cela, il fallait que tout ce que je montre soit historiquement vrai.

Vous avez donc réalisé un gros travail historiographique en amont ?
Oui, avec l'aide des oeuvres d'historiens spécialistes des tsiganes et une documentaliste qui a cherché des éléments d'archives dans les communes des camps d'internement. Mon idée était d'arriver à faire une reconstitution qui soit la plus précise possible de ce qui s'était passé. Le problème est qu'il n'existe pas grand-chose sur l'holocauste des roms. Pas de films bien sûr, très peu de livres. Juste des chapitres ici ou là dans des ouvrages consacrés à l'histoire des Tsiganes.

Comment expliquer pareil "trou noir" ? Il est rare que l'histoire s'intéresse aussi peu à un événement aussi considérable dont l'existence n'est, d'ailleurs, contestée par personne...
Pendant la seconde guerre mondiale, les Roms ont été enfermés et massacrés avec l'accord de tous les pays, à l'exception notable de la Bulgarie qui, bien que fasciste, a refusé de livrer ses Tsiganes aux nazis. Encore aujourd'hui, très peu de gens connaissent cette histoire et ne cherchent pas à comprendre les problèmes de ce peuple de 10 millions de personnes en Europe qui semble flotter dans l'air dans une pauvreté extrême.
Ce trou noir est voulu. Il n'est même pas mentionné dans les livres scolaires. Ce peuple, pendant longtemps, n'a eu ni représentant politique, ni véritable défenseur, excepté quelques écrivains tsiganes dont Matéo Maximoff et quelques amis non tsiganes, ce qui a facilité le mépris à leur égard et et la loi française de 1912 imposant le carnet anthropométrique à tous les roms ou encore les lois de Vichy interdisant le nomadisme qui ont conduit à l'enfermement des Tsiganes dans 40 camps de concentration sur tout le territoire français. C'est cette haine qui a conduit à l'extermination de centaine de milliers de Tsiganes en Europe par les nazis entre 250 000 et 500 000... Au fond, les Tsiganes ont toujours été les bêtes noires de cette société organisée.

Comment avez-vous écrit Liberté ?
J'ai écrit la première trame du scénario en un mois. Je me suis libéré du poids que je portais depuis longtemps. Tout est devenu clair lorsque j'ai compris que je ne pouvais raconter cette histoire qu'à travers deux Justes. Théodore, un maire et vétérinaire de village et Mlle Lundi, l'institutrice. Les deux m'ont été inspirés de personnages qui ont existé : Théodore, le notaire qui a tenté de sauver Tolloche et sa famille et Mlle Lundi d'après l'histoire vraie d'une institutrice, Yvette Lundy, qui travaillait à Gionges dans la Marne. Résistante, elle fut arrêtée puis déportée. Elle m'a aidé à travailler toutes les scènes qui concernent son personnage et l'école.
Je me suis aussi beaucoup servi de mon histoire personnelle et de gens qui m'ont aidé dans mon enfance et ma jeunesse : mon instituteur, mes éducateurs, ma professeur d'art dramatique. Je connais bien les Roms de tous les pays, je sais comment ils sont. Entre aujourd'hui et 1940, ils n'ont pas changé. Je n'ai eu aucun mal à les décrire. J'ai reconstitué une famille tsigane, qui traverse l'Europe et qui a été coincée en France par la guerre. Pendant un an, j'ai travaillé sur cette reconstitution. Les hommes ont laissé pousser leurs cheveux et leurs moustaches. Tous les acteurs ont fait un régime car à cette époque il n'y avait pas à manger. Nous avons construit trois roulottes identiques à celles de 1940. Les Tsiganes nomades ne sont pas quelque part, on ne va pas les chercher. Un jour, ils arrivent au bout d'un chemin au fond d'un bois, on les voit apparaître comme le vent. On ne sait pas d'où ils viennent, on sait juste quand ils arrivent. Pour leur première apparition dans le scénario, je les ai décrits de cette façon. Une fois cette ébauche de scénario terminée, je me suis aperçu qu'il me manquait l'âme tsigane.
L'âme tsigane n'est pas facile à raconter et à faire comprendre. Il n'y a pas de mot dans la langue tsigane pour signifier Liberté. Les Tsiganes n'emploient pas ce mot car ils sont libres. Il fallait que je trouve un personnage qui, à travers sa pureté, sa naïveté, sa fantaisie, sa liberté, ses folies, représenterait toute la communauté rom. Ce fut Taloche. Il m'a fallu ensuite près d'un an pour arriver au scénario final. En écrivant ainsi, j'ai du même coup approché les raisons du silence qui entoure Samudaripen (le génocide des roms). Les Tsiganes ont peur des fantômes. Lorsqu'ils entrent dans une cave, ils en sortent en courant de peur d'y croiser des revenants. Taloche est ainsi : il a peur des morts. Que s'est-il passé à la fin de la guerre, lorsque les Tsiganes ont compris que des centaines de milliers d'entre eux avaient péri exterminés ? Ils ont eu peur de ces morts, peur de les réveiller, peur qu'ils reviennent. Peur d'en parler, en définitive. Aujourd'hui c'est fini, mais cette crainte a existé jusque dans les années 80.

Est-ce que vous considérez que cette histoire est la vôtre, vous qui êtes né en Algérie ?
Oui, absolument. L'Algérie a été libérée plus tôt par les Américains mais les lois de Vichy y ont été appliquées. Cette injustice faite aux Roms me révolte. Le silence qui l'entoure est horrible. Je veux simplement qu'elle soit connue de tous, c'est nécessaire.

Avez-vous laissé une part à l'improvisation des acteurs ?
Non, sauf pour Taloche. J'ai demandé aux comédiens d'apprendre la langue rom. Pour cela, j'ai donc dû écrire les dialogues et ensuite ne plus y toucher. Tout était écrit et traduit.

Et le casting ?

Je me suis d'abord rendu en Transylvanie. Les villages roms sont comme des camps de concentration sauf qu'ils ne sont pas entourés de barbelés. Comme si le temps n'avait fait évoluer que les costumes. Les neuf personnes que j'ai trouvées là-bas sont venues en France pour le tournage. Sinon pour les autres personnages de la famille tsigane j'ai trouvé des acteurs Albanais, Kosovar, Géorgiens, Serbes. Tous avaient l'accent des gens qui voyagent. J'ai trouvé la grand-mère à Oslo, elle est d'origine russe.

James Thiérrée, qui joue le personnage de Taloche, n'est pas rom...
C'est exact. Pour ce rôle, je voulais un musicien, quelqu'un qui soit à la fois capable de jouer de la musique, de monter aux arbres et d'en tomber. Sans tricher... Impossible a priori de trouver un tel acteur. Et puis un jour, j'ai vu James au Théâtre de la Ville à Paris. Je n'avais jamais vu ça. J'étais impressionné. C'est l'acteur dont je rêvais pour ce rôle.
N'étant pas rom, il a fait un travail énorme pour l'être. Pendant six mois, il a appris à parler la langue rom, à jouer de la musique tsigane et surtout à se laisser posséder par la liberté de Taloche.

Et les autres acteurs français ?
Pour le rôle de Théodore, je voulais un acteur qui ressemble à un Français de l'époque. Une voix et une gueule un peu comme Pierre Fresnais, Maurice Ronet, Jacques Charrier ou Gérard Philippe. Marc Lavoine a les deux.
Pendant toute l'écriture du scénario, je l'ai rencontré régulièrement pour lui parler de son rôle et de l'histoire.
Marie-Josée Croze m'a semblé une évidence pour Mlle Lundi. Elle collait au rôle. Je voyais en elle un personnage hitchcockien, à la fois fragile, mystérieuse et forte. Je l'ai vue aussi régulièrement pendant près d'un an, pour lui parler de la vraie Mademoiselle Lundi qu'elle a rencontrée et de la subtilité et l'ambiguïté de son personnage d'institutrice républicaine résistante.
Rufus, c'est l'oncle de tous les Français. C'est la France.
Pour le personnage du milicien Pierre Pentecôte, on a travaillé avec Carlo Brandt pour ne pas faire une caricature de salaud. Au contraire, on lui a donné un air piteux avec son chapeau qui lui tombe sur le front, son costard marron qui ferme avec une épingle à nourrice tellement il a grossi depuis le début de la guerre.

En voyant le film, on est frappé par votre volonté de casser les clichés, même si la représentation des roms que vous faites est très précise.
Dans LIBERTÉ, j'ai cherché à démythifier certains clichés. Par exemple pour la musique, il y a cette scène où on les voit donner un concert à... des poules ! Je me suis amusé de ce cliché bien que la musique, dans les films et concerts, ait contribué à faire aimer et accepter les Tsiganes.
Je voulais les montrer tels qu'ils sont, par exemple maquignons, forgerons, musiciens. Et s'ils refusent que leurs enfants aillent à l'école c'est de peur qu'ils ne perdent leur âme.
La scolarisation des enfants roms, c'est le problème majeur encore aujourd'hui. Dans LIBERTÉ l'école est un lieu central. Sauf que s'ils veulent bien y aller, c'est à la condition que les enfants soient payés car ils considèrent que c'est un travail. Finalement, ils décident quand même de s'y rendre mais c'est avant tout pour manger, pour profiter de la distribution de gâteaux que fait l'institutrice, Mlle Lundi. D'ailleurs, une fois leur portion avalée, ils déguerpissent.

Vous parlez de la nécessité de la scolarisation pour les enfants roms et en même temps c'est votre film lui-même qui a une immense vertu pédagogique. La plupart des spectateurs, les écoliers et les collégiens en particulier, vont apprendre l'existence de ces lois scélérates qui entravent la liberté des roms. Au fond n'est-ce pas là votre souhait que ce film soit montré avant tout dans les écoles ?
Absolument. C'est important que LIBERTÉ soit vu et expliqué à l'école. J'espère qu'un jour il n'y aura plus de livres scolaires où les Roms, Bohémiens à l'époque, sont représentés comme des voleurs d'enfants. L'école a longtemps véhiculé une imagerie raciste des roms. LIBERTÉ, c'est un hommage non seulement aux Justes, mais aussi aux instituteurs, à l'école de la République.
J'ai un immense respect pour des gens comme Théodore ou Mlle Lundi. J'aime ces gens qui décident de "faire quelque chose", qui n'arrivent pas à se résoudre à ne rien faire. J'ai fait exprès de mettre en scène un maire qui sauve des roms. Les maires - sauf exception - sont traditionnellement les bêtes noires des roms. Inversement d'ailleurs, les roms sont les bêtes noires des maires. On l'entend tout le temps : quand les roms arrivent en ville, c'est la pagaille, la saleté, etc.
Autant de clichés largement répandus qui m'ont donné envie d'imaginer ce personnage de maire Juste, humain, qui ira jusqu'à se battre contre ses administrés pour protéger les roms de la vindicte. L'homme qui m'a aidé dans mon enfance était un instituteur qui croyait en la République et la justice sociale.

Comment avez-vous dirigé les acteurs pour ce film ?
Personne n'avait le scénario. Je leur donnais les scènes la veille au soir de manière à ce que le lendemain matin ils sachent leur texte. Je parlais beaucoup avec chacun d'entre eux. Les Tsiganes de Roumanie ne savaient pas que l'holocauste avait existé. Je leur parlais de Ceausescu pour qu'ils comprennent.

Et avec James Thiérrée ?
Je lui racontais souvent des anecdotes roms que je connaissais pour "l'habiter". Je voulais que Taloche ait des antennes, qu'il sente le danger. Comme les oiseaux qui sentent l'orage arriver. James est comme ça, animal. Un exemple : pour une scène de danse, je lui ai écrit une musique de guerre avec des gens qui crient en rom : "Ne tirez pas !", "Arrêtez le meurtre !". Quand James est arrivé et que je lui ai demandé de danser sur cette musique, on avait l'impression qu'il faisait l'amour avec la terre, qu'il était en osmose avec elle. Un animal qui baisait la terre.

Arrivé dans la maison, il décide de "libérer l'eau" et, pour ce faire, ouvre tous les robinets. C'est vous qui avez eu l'idée de cette scène inouïe ?
J'ai imaginé cette scène sur le tournage pour dénoncer la sédentarisation stupide que le monde cherche à imposer aveuglément aux Roms sans les connaître.
Un Rom ne peut pas habiter entre les murs par peur des esprits maléfiques qui habitent les pierres. La maison de Théodore arrive en opposition avec la maison en ruine qu'on leur a offerte pour les protéger, qui est devenue comme une prison car elle est "habitée".
Lorsque Taloche découvre que l'eau, qui est pour lui l'eau des rivières, est emprisonnée dans les robinets, il la libère et c'est naturellement qu'il plonge dans l'escalier. Avec Julien Hirsch, le chef opérateur, on avait décidé de le suivre quoi qu'il fasse. On n'avait évidemment pas prévu qu'il plongerait dans l'escalier. C'est lui, de son côté, qui en a eu l'envie.

En même temps, vous lui avez demandé de chuter du haut d'un arbre, sans l'aide d'un cascadeur. La prise de risque était immense, non ?
Je lui avais proposé un cascadeur qu'il a évidemment refusé. Je l'ai vu monter en haut de cet arbre à plusieurs reprises. Il faisait des repérages, observant tous les accrochages, décomposant ce qui allait être sa chute. Et là j'ai vu que c'était aussi un extraordinaire trapéziste. Il maîtrisait tout. Et c'est alors seulement que j'ai dit "on y va".

Parlons de cette scène où Taloche court sur les rails, tombe et aperçoit une montre sur laquelle figurent des inscriptions en hébreu. C'est une scène fondamentale du film...
Un train, des rails, des Allemands. Tout commence avec cette séquence où l'on voit trois jeunes soldats nazis se laver avec l'eau d'un puits. Des Aryens, filmés un peu à la façon de Leni Riefenstahl. Rien de violent, juste le fait que ce sont des nazis. C'est hors champ que monte l'angoisse.
Taloche comprend qu'il se passe quelque chose, qu'un train partant pour un camp d'extermination est passé par là. Taloche a peur, il entre en transe, se met à courir, tombe en se jetant sur la terre des rails.
Lors du tournage, il était dans un état que je n'ai connu chez aucun autre acteur. Jusqu'à avoir des cailloux incrustés dans le visage. Il sent le danger et tout à coup aperçoit cette montre. On est sur le chemin de l'extermination. De toutes les exterminations. Celle des Juifs comme celle des Tsiganes. De tous ceux que les nazis ont martyrisés. C'est ce que signifient cette montre et ces inscriptions en hébreu...

A un moment dans le film, un Tsigane dit ceci : "On sera libre quand on sera parti d'ici sans que personne ne sache où on va..."
C'est ça, la liberté. Ne jamais être obligé de dire ce que tu vas faire, de dire où tu vas. Avec le carnet anthropométrique, les Tsiganes étaient obligés d'avoir un visa, de le faire viser dans un commissariat ou à la mairie lorsqu'ils arrivaient dans un village et quand ils en partaient.
Ce carnet obligatoire en France pour tous les Roms était en vigueur jusqu'en 1969. Cette phrase dénonce ce fichage systématique.

Selon vous, ce film entre-t-il en résonnance avec l'époque actuelle ou bien n'est-il qu'une reconstitution d'un temps passé ?
En l'écrivant, je voulais qu'il fasse écho à ce qui se passe aujourd'hui. Nous vivons actuellement la même chose sauf que la mort n'est pas au bout. Il n'y a plus de politique d'extermination mais d'un point de vue psychologique et politique rien n'a vraiment changé. Dans l'Italie de Berlusconi, les roms sont toujours soumis à des lois d'exception. Pareil en Roumanie, en Hongrie. Même en France les roms sont souvent parqués dans des endroits sans hygiène dont ils sont chassés et expulsés. La loi française autorise les manouches à ne séjourner dans un endroit que 24 heures. Il leur faut un nombre incroyable d'autorisations pour s'arrêter quelque part, ce qui, soit dit en passant, permet de les pister en permanence.

A la fin du film, Catherine Ringer chante une chanson que vous avez écrite avec Delphine Mantoulet. Que dit-elle ?
Les roms viennent d'être embarqués au petit matin pour ne plus jamais revenir. La chanson dit : Bonne chance les autres, si quelqu'un s'inquiète de notre absence, dites-lui qu'on a été jetés du ciel et de la lumière, nous les seigneurs de ce vaste univers.

 

FILMOGRAPHIE TONY GATLIF

 

2009 LIBERTÉ
2006 TRANSYLVANIA
Cannes 2006 : Sélection officielle, clôture
2004 EXILS
Cannes 2004 : Prix de la mise en scène
2002 SWING
Berlin 2002 : Sélection officielle
2000 VENGO
Sélection officielle 2000 :
Festival de Venise, Toronto, Gand, Londres,
Thessalonique
Césars de la meilleure musique de film 2000
1998 JE SUIS NÉ D'UNE CIGOGNE
1997 GADJO DILO
Locarno 1997 : Léopard d'Argent,
Léopard de Bronze meilleure actrice (Rona HARTNER),
Prix de la Jeunesse, Prix OEcuménique, Prix FICC,
Montréal 1997 : Grand Prix spécial des Amériques,
Bruxelles 1998 : Prix de la meilleure actrice européenne
(Rona HARTNER), Rotterdam 1998 : Prix du public,
Festival du Film de Paris 1998 : Prix du public,
Prix de la Fondation Martini
Césars de la meilleure musique de film 1998
1996 I MUVRINI, POLYPHONIE CORSE
(Documentaire, ARTE)
1995 LUCUMI, LE RUMBERO DE CUBA
(Documentaire, Canal+)
1994 MONDO
(d'après la nouvelle de LE CLEZIO)
1992-93 LATCHO DROM
Cannes 1993 : Prix Un Certain Regard,
MIDEM 1994 : Grand Prix,
Prix de la Mémoire France Liberté Danielle Mitterand,
Munich 1993 : Prix OEcuménique,
Rimini Cinéma 1993 : Grand Prix,
Prix du meilleur "Film Expérimental" de la critique
américaine 1996
1990 GASPARD ET ROBINSON
1988 PLEURE PAS MY LOVE
1985 RUE DU DÉPART
Festival du Film Français à Florence : Grand Prix
1982 CORRE GITANO
(production espagnole)
LES PRINCES
Festival du Film Européen à Munich : Grand Prix,
Taormine : Grand Prix, Valladolid : Epi d'Argent
1981 CANTA GITANO
(Court métrage) Nominé aux Césars 1982
1978 LA TERRE AU VENTRE
Prix des lectrices de ELLE

 

CASTING

 

Théodore MARC LAVOINE
Mademoiselle Lundi MARIE-JOSÉE CROZE
Taloche JAMES THIÉRRÉE
P'tit Claude MATHIAS LALIBERTÉ
Pierre Pentecôte CARLO BRANDT
Fernand RUFUS
Darko ARBEN BAJRAKTARAJ
Kako GEORGES BABLUANI
Chavo ILJIR SELIMOSKI
Zanko KEVYN DIANA
Tina BOJANA PANIC
Puri Dai RAISA BIELENBERG
Tatane THOMAS BAUMGARTNER